L’Alzheimer est une des maladies qui atteint fréquemment tout type d’individu, surtout les personnes âgées. Ces malades rencontrent souvent des difficultés dans l’accomplissement d’une tâche simple.

En effet, ils oublient des choses importantes et des événements importants qui se sont produits dans le passé. De ce fait, on doit prendre quelques mesures de précautions pour ne pas exposer le malade à des dangers.

 

 

 

UN HABITAT BIEN CONDITIONNÉ 

Généralement, chaque pièce d’une maison est susceptible de contenir un ou plusieurs objets qui pourront nuire à la sécurité du patient. Afin de prévenir des dégâts, les pièces doivent être aménagées. En effet, tous les objets dangereux devront être rangés quelque part où le malade ne pourra pas mettre ses mains.

Par ailleurs, il doit vivre dans un endroit paisible loin de tout bruit sonore. Cela exclut tous les appareils électroménagers émettant des bruits de fond, les télévisions ainsi que les radios. Dans le calme, le patient est protégé contre l’énervement, lui permettant ainsi d’avoir une meilleure concentration. En outre, il n’est pas rare qu’il perde les notions de temps. Les indicateurs temporels tels les calendriers et les horloges doivent être de grandes tailles pour être bien visibles. Il faut également bien sécuriser les portes de la maison pour éviter que le malade s’enfuie.

Ayant un trouble de mémoire, il pourrait facilement s’égarer dans un lieu qui lui est familier et ne pas se souvenir de la route pour le retour. La salle de bain doit contenir des tapis antidérapants pour éviter de glisser.

 

UN ESPACE ADAPTÉ AU PATIENT

D’une part, pour pouvoir se développer, mais aussi afin d’éviter les chutes, le patient doit disposer d’un lieu spacieux. D’autre part, cela va faciliter sa mobilité et son déplacement à l’intérieur de la maison.

Chaque objet qui représente un obstacle pour le déplacement du patient doit être enlevé.  Notamment, les meubles inutilisés, les fils électriques, etc. doivent être tous dégagés. Par ailleurs, il est indispensable de laisser la lumière allumée dans les couloirs ainsi que dans les toilettes pour guider le patient pendant la nuit.

 

LES PASSE-TEMPS ET LES OCCUPATIONS D’UN ALZHEIMER

Le patient doit occuper ses journées en faisant des activités pour l’aider à se sentir bien. En effet, les activités journalières vont lui permettre de se changer les esprits et de se détendre. Ainsi, il sera moins tenté de prendre la fuite à cause des confusions dans sa tête. De plus, afin d’aider la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer à structurer sa journée, les aidantes ou sa famille doivent lui attribuer quelques tâches.

Cependant, il ne doit pas se sentir obligé de faire le travail. C’est-à-dire qu’il ne faut pas lui forcer à faire une chose contre son gré. Par conséquent, il va avoir du plaisir à accomplir ses devoirs et se sentir un peu responsable. Ces habitudes répétées vont lui permettre de mémoriser les gestes répétitifs de sa vie quotidienne améliorant ainsi sa mémoire. Concernant les loisirs, le patient doit continuer de faire les choses qu’il aimait tant faire auparavant.

Cependant, s’il aimait regarder la télévision, il ne doit pas poursuivre cette habitude, car cela risque de le perturber. Le malade doit sortir pour se promener et faire des balades de temps en temps en étant accompagné. Sortir améliorera ses conditions physique et psychique. En revanche, les promenades en voiture sont impérativement à éviter comme sortie régulière.

Le malade peut aussi présenter des changements d’humeur fréquemment donc il faut savoir comment lui parler pour ne pas l’énerver davantage. Les personnes qui se situent au stade sévère de l’Alzheimer perdent aussi leurs capacités à communiquer verbalement. C’est dans ces moments-là qu’ils auront le plus besoin des soutiens de leurs proches pour soulager leur quotidien. Vous pouvez également, en tant qu’aidant, partager des moments avec votre proche avec des jeux très adaptés sur tablette, le programme Edith.

 

 

 

 

La vie d’une personne atteinte d’Alzheimer au quotidien
la-vie-d-une-personne-atteinte-d-alzheimer-au-quotidien