Sarah est auxiliaire de vie depuis quelques années. Elle nous explique les particularités de ses activités et comment est née sa passion pour ce métier.

Certaines activités prêtent à confusion ; quelle est la réelle différence entre aide familial, auxiliaire polyvalent, aide à domicile et aide-soignant ?

Le rôle de l’aide-soignante se concentre principalement sur les soins et la toilette des personnes âgées. Pour l’auxiliaire de vie, il s’agit d’aider les personnes à accomplir tous les actes de la vie quotidienne, afin de permettre leur maintien à domicile et leur qualité de vie.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir auxiliaire de vie ?

C’est principalement l’aspect social de cette activité qui m’a attiré. Rencontrer des personnes et leur venir en aide est quelque chose de très gratifiant pour moi. Grâce à nos activités quotidiennes, les personnes âgées restent plus longtemps dans leurs maisons. Avec ce métier, je me sens utile. Par ailleurs, je n’ai jamais imaginé faire une carrière derrière un bureau. Je suis en quête constante de mouvement. J’ai besoin de changement et surtout de ne pas faire les mêmes choses tout le temps. Le métier que je fais est composé d’activités diversifiées et m’éloigne de la monotonie.

Pouvez-vous nous faire une description précise de votre métier ?

Je m’évertue à accompagner des personnes dans les tâches quotidiennes. Mes activités englobent les actions courantes, c’est-à-dire le ménage, les courses ou encore le repassage. Dans le cadre de mon travail, je rencontre de nombreuses personnes âgées qui n’ont plus toutes leurs capacités physiques et cognitives.

Par conséquent, il m’arrive souvent de donner un coup de main dans les tâches administratives. Cela consiste principalement à compléter les documents, ou à transporter des colis. Il m’arrive également de faire un peu de lecture.

Je ne fais jamais une visite sans la boîte à outils de l’auxiliaire de vie. En effet, cette boîte à outils me permet d’avoir sous la main une tablette avec des activités adaptées notamment le programme Stim’Art qui comporte des jeux de mémoire ludiques et culturels à destination des seniors mais aussi des objets utiles tels qu’une balle en mousse, un kit de manucure et une huile de massage.

De quoi passer un bon moment avec mes bénéficiaires et de créer du lien. Ils en redemandent à chaque visite, c’est très agréable de les voir s’épanouir grâce à ce type d’outils.

Parlez-nous de votre journée de travail.

Mes activités s’étalent sur huit heures de travail par jour, soit de 8 heures du matin à 16 heures. Mon planning et mes horaires sont intégralement gérés par une assistante sociale. En principe, je dois m’occuper de 4 personnes par jour : 2 personnes entre 8 heures et midi et les 2 autres dans l’après-midi.

Vous travaillez seul ou en équipe ?

Dans le cadre de mon métier, j’effectue toute seule l’ensemble des activités dans le domicile de la personne à aider. Cependant, je travaille sous la supervision d’une assistante sociale.

Au regard de vos activités, peut-on dire qu’il s’agit d’un métier éprouvant ?

Physiquement, il s’agit d’un métier qui peut rapidement devenir difficile, particulièrement quand il faut faire la toilette des personnes qu’on aide. Ce qui est parfois difficile à gérer c’est l’aspect émotionnel. En effet, il est impossible de côtoyer des personnes sans s’y attacher. Voir quelqu’un tous les jours, partager son espace et ses émotions, ça crée forcément des liens, particulièrement avec les plus âgés. Il est difficile d’apprendre que l’une des personnes qu’on a aidées est décédée.

Quelles sont les principales qualités d’une bonne auxiliaire de vie ?

Tout d’abord, une bonne auxiliaire de vie doit aimer les personnes âgées. De plus, il faut être serviable, patient, attentionné et faire preuve d’empathie.

Le métier d’auxiliaire de vie : Sarah nous fait partager sa passion
4.4 (88%) 5 vote[s]
Le métier d’auxiliaire de vie : Sarah nous fait partager sa passion