Les bienfaits de l’entraînement cérébral en cas de stress post-traumatique

5/5 - (1 vote)

Le stress post-traumatique (SPT) est un trouble mental qui peut se produire après avoir vécu ou été témoin d’un événement traumatisant, tel qu’un accident, une agression ou un acte de violence. Les symptômes du SPT peuvent inclure des cauchemars, des flashbacks, de l’anxiété, de l’irritabilité, de la dépression et de l’insomnie.

Cependant, l’entraînement cérébral peut offrir une solution aux personnes souffrant de SPT. Les bienfaits de l’entraînement cérébral pour les personnes atteintes de SPT peuvent être nombreux, notamment l’amélioration de la mémoire, de l’attention, de la concentration et de la régulation émotionnelle.

 

 

Qu’est-ce que le trouble post-traumatique ? 

Le SPT est une réaction normale à une expérience anormale. Après un événement traumatisant, le corps et l’esprit subissent un choc, ce qui peut entraîner des changements physiologiques, émotionnels et cognitifs. Le cerveau réagit en produisant des hormones de stress, telles que l’adrénaline et le cortisol, qui peuvent causer des symptômes tels que l’agitation, l’insomnie et l’hyper-vigilance.

Le SPT peut être diagnostiqué par un professionnel de la santé mentale, tel qu’un psychiatre ou un psychologue. Le diagnostic est généralement basé sur une évaluation clinique des symptômes et de l’histoire de la personne. Le traitement du SPT peut inclure une thérapie cognitivo-comportementale, une thérapie par exposition, des médicaments ou une combinaison de ces approches.

Un exemple courant de SPT est celui des vétérans de guerre qui ont été exposés à des situations de combat. Les vétérans peuvent développer des symptômes de SPT après avoir été exposés à des combats intenses, des attaques à la bombe ou des actes de terrorisme. Les symptômes peuvent inclure des cauchemars, des flashbacks, une anxiété constante, une hyper-vigilance, une irritabilité, une dépression et une détresse émotionnelle intense.

 

 

Quels sont les mécanismes de défense de notre cerveau face à un trauma ?

 

 

Le déni

C’est l’un des mécanismes de défense les plus courants. Il consiste à nier la réalité de l’événement traumatique ou à minimiser sa gravité pour se protéger de la douleur émotionnelle. Par exemple, une personne qui a été victime d’un viol peut nier l’agression ou minimiser l’impact qu’elle a eu sur sa vie.

La dissociation

Il s’agit d’un état d’absence ou de déconnexion émotionnelle qui permet de se protéger de la douleur émotionnelle liée à l’événement traumatisant. Par exemple, une personne qui a subi un accident de voiture peut se sentir déconnectée de son corps ou de la réalité.

La projection

C’est un autre mécanisme de défense que notre cerveau peut utiliser pour faire face à un trauma. Il s’agit de projeter nos propres émotions, pensées et sentiments sur les autres pour éviter de les ressentir nous-mêmes. Par exemple, une personne qui a été victime de violence peut projeter sa colère sur d’autres personnes plutôt que de l’affronter elle-même.

 La sublimation

La sublimation est un mécanisme positif qui consiste à transformer des émotions négatives en comportements constructifs. Par exemple, une personne qui a survécu à un cancer peut décider de faire du bénévolat pour aider les autres patients à faire face à la maladie.

 

 

 

 

Quels sont les symptômes du trouble de stress post-traumatique ?

 

 

La reviviscence

Elle fait référence à des souvenirs intrusifs et des flashbacks de l’événement traumatique. Les personnes atteintes de TSPT peuvent revivre l’expérience traumatique de manière récurrente et involontaire, même des années après l’incident initial. Par exemple, une victime d’agression sexuelle peut revivre le moment de l’agression de manière récurrente, avec des détails très précis et une intensité émotionnelle élevée.

L’évitement

C’est un comportement d’évitement ou de retrait de toute situation qui pourrait rappeler l’événement traumatique. Les personnes atteintes de TSPT peuvent éviter les lieux, les personnes ou les activités qui pourraient déclencher des souvenirs douloureux. Par exemple, une personne qui a été impliquée dans un accident de voiture peut éviter de conduire ou d’être passager dans un véhicule, même si cela limite sa vie sociale et professionnelle.

L’hyperactivité neurovégétative

C’est un état de suractivation du système nerveux autonome qui se manifeste par des symptômes physiologiques tels que la sudation, les palpitations cardiaques, l’hyperventilation et l’insomnie. Ces symptômes sont une réponse normale à un danger imminent, mais chez les personnes atteintes de TSPT, ils sont déclenchés par des stimuli qui ne sont pas réellement dangereux. Par exemple, une personne qui a été agressée peut être hyper vigilante et réagir de manière excessive à des bruits forts ou à des situations qui ne présentent pas de danger immédiat.

Ces trois symptômes du TSPT peuvent être très invalidants pour les personnes qui en souffrent, car ils interfèrent avec leur capacité à mener une vie normale. Les traitements pour le TSPT visent à aider les patients à surmonter ces symptômes en réduisant leur intensité et leur fréquence, afin de les aider à reprendre le contrôle de leur vie et de leur bien-être mental.

 

 

 

 

 

 

 Pourquoi les souvenirs traumatiques sont si vivaces et persistants ?

 

 

Le cerveau des personnes atteintes de TSPT traite les informations traumatiques de manière différente des autres informations, ce qui peut les rendre plus difficiles à oublier. Les souvenirs traumatiques sont stockés dans la mémoire à long terme sous forme de « mémoire implicite », c’est-à-dire une forme de mémoire qui est automatique et inconsciente. Cette forme de mémoire est normalement réservée aux apprentissages simples et répétitifs, mais dans le cas des souvenirs traumatiques, elle est suractivée et les souvenirs sont stockés de manière plus durable.

De plus, le cerveau des personnes atteintes de TSPT traite les souvenirs traumatiques dans des régions cérébrales différentes de celles impliquées dans le traitement des souvenirs ordinaires. Les souvenirs traumatiques sont stockés dans l’amygdale, une région cérébrale qui est impliquée dans la réponse émotionnelle au danger. Cette suractivation de l’amygdale peut expliquer pourquoi les souvenirs traumatiques sont si intenses émotionnellement et pourquoi ils peuvent être si difficiles à contrôler.

Au final, les personnes atteintes de TSPT ont souvent des difficultés à distinguer les souvenirs traumatiques du présent, ce qui peut conduire à des flashbacks et des reviviscences. Cette confusion entre les souvenirs passés et le présent peut être due à une altération de l’hippocampe, une région cérébrale qui est impliquée dans la formation de nouveaux souvenirs et la distinction entre les événements passés et présents.

 

 

Les bienfaits de l’entrainement cérébral chez une personne atteinte de TSPT

 

 

 

Leurs émotions

Tout d’abord, l’entraînement à la pleine conscience peut aider les patients à mieux gérer leurs émotions et à réduire leur réactivité émotionnelle aux souvenirs traumatiques. En apprenant à reconnaître et à accepter leurs émotions sans les juger ni les éviter, les patients peuvent mieux réguler leur état émotionnel et réduire leur anxiété, leur colère et leur tristesse.

Capacité de concentration et de mémorisation

Ensuite, l’entraînement cérébral peut améliorer la capacité de concentration et de mémorisation des patients, qui peuvent être affectées par le TSPT. En améliorant leur attention et leur mémoire, les patients peuvent mieux se concentrer sur les tâches quotidiennes et éviter d’être submergés par les souvenirs traumatiques.

 

Les effets d’un entraînement cognitif sur le mécanisme de mémorisation

 

 

 

Les souvenirs

 

 

Il est vrai que l’entraînement cérébral peut aider les personnes à récupérer leurs souvenirs, en particulier dans le cas de troubles de la mémoire ou de blessures cérébrales. Les techniques d’entraînement cérébral visent à renforcer les connexions entre les différentes régions du cerveau, ce qui peut améliorer la capacité du cerveau à stocker et à récupérer les souvenirs.

Par exemple, la méditation de pleine conscience est une technique d’entraînement cérébral qui a été utilisée avec succès pour améliorer la récupération des souvenirs chez les personnes atteintes de troubles de la mémoire. La méditation de pleine conscience consiste à se concentrer sur le moment présent en faisant attention à ses pensées, ses émotions et ses sensations corporelles. Cette pratique peut aider à réduire le stress et l’anxiété, qui peuvent être des obstacles à la récupération des souvenirs.

Une autre technique d’entraînement cérébral qui peut aider à récupérer les souvenirs est la stimulation électrique transcrânienne (SET). Cette technique consiste à appliquer une légère stimulation électrique sur le cuir chevelu pour stimuler les zones spécifiques du cerveau qui sont impliquées dans la récupération des souvenirs.

 

 

La résolution des problèmes

L’entraînement cérébral  peut aider les personnes à améliorer leur capacité de résolution de problèmes. La résolution de problèmes est une compétence cognitive essentielle qui peut être utilisée dans tous les aspects de la vie, qu’il s’agisse de résoudre des problèmes professionnels, personnels ou sociaux.

Les enfants peuvent bénéficier de l’entraînement cérébral en développant leur capacité à résoudre des problèmes complexes, à améliorer leur attention et leur concentration, et à renforcer leur mémoire à court terme. Chez les adultes, l’entraînement cérébral peut aider à améliorer la résolution de problèmes liés au travail, à la vie personnelle et aux relations sociales. Les personnes âgées peuvent également bénéficier de l’entraînement cérébral en améliorant leur mémoire à court terme, leur capacité de raisonnement logique et leur attention.

Il est important de noter que l’entraînement cérébral ne doit pas être considéré comme une panacée pour tous les problèmes cognitifs. Il est toujours important de consulter un professionnel de la santé avant de commencer tout programme d’entraînement cérébral.

 

Entraînez votre cerveau avec JOE 

L’entraînement cérébral pour améliorer la résolution de problèmes peut prendre plusieurs formes, notamment des jeux de logique, des puzzles, des casse-têtes, des exercices de mémoire et d’autres activités qui stimulent le cerveau. Ces activités peuvent aider à améliorer la capacité de concentration, la mémoire à court terme, la capacité de raisonnement logique et la créativité, qui sont toutes des compétences importantes pour résoudre les problèmes.

Le programme d’entraînement cérébral JOE a été conçu spécifiquement pour les adultes afin de maintenir le cerveau en bonne santé grâce à des exercices cérébraux amusants et stimulants. Il compte plus de 30 jeux cognitifs et cible la concentration, la focalisation, les réflexes, les langues et bien d’autres fonctions cognitives.

joe coach cerebral entrainement memoire

Téléchargez JOE, votre coach cérébral et profitez de 7 jours d’essai 

Telecharger Googleplay, DYNSEO

D’autres articles qui pourraient vous intéresser :

Optimized by Optimole