Le saviez-vous ? La qualité du sommeil joue un rôle prépondérant dans la qualité de l’apprentissage, de la mémorisation et, plus largement, des fonctions cognitives. Or, avec l’âge, la qualité du sommeil change. Certains troubles du sommeil sont par ailleurs susceptibles de faire leur apparition. La solution pour continuer à bien dormir et rester en forme ? Adapter votre hygiène de vie !

L’évolution du sommeil avec l’âge

Une nuit de sommeil est constituée de cycles, eux-mêmes composés de 3 phases :

  • Le sommeil léger,
  • le sommeil profond,
  • le sommeil paradoxal.

Il y a d’abord le sommeil léger correspond à une phase d’endormissement et à un sommeil durant lequel le muscle et le cerveau se mettent en veille. Toutefois, un son ou une lumière impromptue sont susceptibles de vous réveiller. C’est durant le sommeil profond que le corps et l’esprit se détendent tout à fait : c’est donc la phase la plus reposante. Enfin, le sommeil paradoxal se distingue par une reprise de l’activité cérébrale, tandis que les muscles restent détendus. Cette phase est donc marquée par des rêves… ou des cauchemars !

À partir de 50 ans, les phases de sommeil profond tendent à raccourcir, tandis que les phases de sommeil léger allongent. La nuit des seniors est davantage ponctuée de micro-réveils, et l’organisme a par ailleurs besoin de plus de temps pour récupérer.

Les études tendent à mettre en avant d’autres modifications physiologiques. Ainsi, l’organisme a plus de difficultés à se réguler en cas de froid ou de chaleur, ce qui contribue à allonger la période d’endormissement. Les nuits des seniors tendent donc à être longues :  ils dorment en moyenne 7h13 durant la semaine et 7h30 le week-end, soit près d’une heure de plus que leurs cadets.

Les troubles du sommeil chez les seniors

 

L’âge favorise l’apparition de l’apnée du sommeil et des ronflements. Si cela est susceptible de troubler le sommeil de votre conjoint, ces pauses respiratoires peuvent être liées à différents troubles – notamment cardiaques. Il est donc recommandé de consulter rapidement afin de bénéficier d’un traitement approprié.

Certains traitements sont par ailleurs susceptibles de perturber le sommeil. C’est notamment le cas des corticoïdes, des diurétiques et des bêtabloquants. Le cas échéant, il convient d’en discuter avec votre médecin traitant.

Vous avez tendance à vous agiter en dormant ? Peut-être faites-vous partie des 4% des Français souffrant du syndrome des jambes sans repos. Toutefois, vous pouvez tout simplement être en proie à un sommeil plus agité que par le passé. Cela fractionne votre sommeil… et peut occasionner quelques contusions à votre conjoint. Si ces troubles deviennent trop envahissants, il est là encore recommandé d’en parler à votre médecin traitant.

Bon à savoir : nombre de seniors se réveillent très tôt et ne trouvent plus le sommeil. Ce phénomène est fréquemment assimilé à de l’insomnie à tort. En effet, il s’agit généralement d’un léger décalage de l’horloge interne, qui conduit à un coucher trop tôt… et à un réveil trop matinal !

 

Bien dormir quand on est senior : mode d’emploi

 

S’il est judicieux de consulter en cas de troubles du sommeil persistants, la prise en charge médicale est loin d’être une fatalité ! À vrai dire, il suffit parfois de quelques ajustements pour continuer à bien dormir et être en pleine forme après 50 ans.

Vous peinez à trouver le sommeil ? Assurez-vous dans un premier temps que votre environnement de sommeil est adapté ! Veillez à ne pas surchauffer la chambre, et conserver une température de 18°C. N’hésitez pas à investir dans des couettes adaptées chaque saison, afin de ne jamais avoir ni trop chaud ni trop froid. Offrez-vous également un bon oreiller.

Côté hygiène de vie, adoptez quelques bonnes habitudes :

  • Pratiquez une activité physique, de préférence le matin ;
  • Prenez vos repas à heure régulière ;
  • N’abusez pas des excitants : thé, café, etc. ;
  • Misez sur un diner léger, en optant pour un sucre lent.

Enfin, veillez à vous exposer autant que possible à la lumière du soleil : cela permettra à votre horloge biologique de conserver un rythme optimal !