C’est mon histoire : Anaïs nous raconte la bataille du contrôle parental

Rate this post

Dans ce nouvel épisode de “C’est mon histoire de parents”, nous avons rencontré Anaïs, qui nous raconte son quotidien avec son fils Mattéo, et les conflits qu’ils ont rencontré dans la gestion du temps des écrans, notamment avec la mise en place du contrôle parental.

DYNSEO : Bonjour Anaïs, nous sommes ravis de vous avoir ici pour partager votre histoire.

Pouvez-vous nous raconter comment les écrans ont affecté votre quotidien avec votre fils Mattéo ?

 

Anaïs: Bonjour, je suis heureuse d’être ici. Les écrans ont toujours été une source de conflit entre Mattéo et moi. Il est tellement attiré par la technologie que chaque fois que je tentais de limiter son temps d’écran, cela finissait par une bataille acharnée. Entre les jeux, les vidéos et les réseaux sociaux, il semblait que les écrans monopolisaient son attention et perturbaient notre relation. 

 

 

Pouvez-vous nous donner des exemples spécifiques de comment vous avez utilisé le contrôle parental pour gérer le temps d’écran de Mattéo ?

 

 

 

Anaïs: Bien sûr. J’ai utilisé les contrôles parentaux pour définir des limites de temps quotidiennes sur son appareil. Par exemple, je lui permettais de jouer à des jeux pendant une heure le week-end et 30 minutes en semaine. Une fois le temps écoulé, l’accès aux jeux se bloquait automatiquement. Cela a été un moyen de l’encourager à diversifier ses activités et à ne pas rester collé à l’écran en permanence.

, je me trouvais constamment en train de jongler entre les règles strictes et la nécessité de laisser Mattéo utiliser les écrans pour certaines activités éducatives. J’avais mis en place des contrôles parentaux sur ses appareils pour limiter les heures d’utilisation, en définissant des plages horaires spécifiques où il pouvait accéder à ses jeux et vidéos. Par exemple, je lui permettais de jouer à des jeux pendant une heure le week-end et 30 minutes en semaine. Une fois le temps écoulé, l’accès aux jeux se bloquait automatiquement.

En outre, j’avais mis en place une règle selon laquelle les écrans étaient éteints pendant les repas et avant l’heure du coucher. Cela avait pour but de créer des moments de qualité en famille et de favoriser un sommeil sain pour Mattéo. Pour ce faire, j’utilisais des paramètres de contrôle parental pour désactiver temporairement l’accès aux écrans pendant ces périodes.

Cependant, même avec ces mesures en place, il y avait des moments de résistance et de frustration de la part de Mattéo. Il se sentait parfois limité dans ses activités en ligne, surtout lorsque ses amis parlaient de jeux auxquels il ne pouvait pas jouer autant qu’il le souhaitait. Cela créait des tensions entre nous, et je me sentais souvent en train de jouer le rôle du “mauvais flic” en appliquant ces règles.

Un autre défi auquel nous étions confrontés était de trouver un équilibre entre l’utilisation des écrans à des fins éducatives et pour les loisirs. Par exemple, nous avions téléchargé des applications éducatives qui étaient censées être bénéfiques pour son apprentissage, mais il était parfois difficile de le faire passer de ces applications à des activités physiques ou créatives. J’étais constamment préoccupée par le fait de ne pas trop restreindre son accès aux écrans, mais en même temps, je voulais m’assurer qu’il ne devienne pas dépendant d’eux.

 

 

Comment avez-vous essayé de gérer cette situation ?

Anaïs: J’ai essayé différentes approches pour limiter le temps d’écran de Mattéo. J’ai utilisé des contrôles parentaux sur les appareils, j’ai fixé des horaires spécifiques et 

Bien, avant de découvrir COCO PENSE, j’avais essayé plusieurs solutions de contrôle parental pour gérer le temps d’écran de Mattéo. J’ai commencé par définir des limites de temps strictes sur ses appareils, en utilisant les fonctionnalités de contrôle parental intégrées. Par exemple, je réglais une limite de temps quotidienne pour les jeux et les vidéos. Cependant, cette approche a rapidement montré ses limites.

Le problème était que cela créait une négociation permanente entre Mattéo et moi. Il voulait toujours un peu plus de temps, un dernier niveau de jeu ou quelques minutes supplémentaires pour terminer une vidéo. Chaque jour, je me trouvais en train de négocier, de surveiller les horloges et de gérer les frustrations. C’était épuisant pour nous deux, et cela ne semblait pas être une solution durable. J’ai eu de longues discussions sur l’importance d’un équilibre sain. Cependant, chaque tentative était accompagnée de disputes et de ressentiments. J’ai réalisé que la guerre que nous menions autour du temps d’écran avait un impact négatif sur notre relation et sur l’ambiance à la maison. C’était une négociation permanente !

J’ai également essayé d’autres mesures, comme l’utilisation de logiciels de contrôle parental pour bloquer l’accès aux jeux ou aux sites non appropriés. Mais encore une fois, cela suscitait des discussions sans fin et des tentatives de contourner les restrictions. Mattéo était intelligent et créatif dans la façon de contourner ces obstacles, ce qui me laissait avec un sentiment constant de course contre la montre pour maintenir le contrôle.

En fin de compte, bien que ces solutions aient été mises en place avec de bonnes intentions, elles se sont transformées en une routine stressante et frustrante pour nous deux. J’étais constamment en train de jouer le rôle de la “police des écrans”, ce qui ne renforçait pas une relation saine entre nous. Je sentais que nous étions pris dans un cercle vicieux où les écrans étaient une source de conflit plutôt qu’une occasion de plaisir.

 

 

Comment avez-vous découvert COCO PENSE et COCO BOUGE, et en quoi cela a-t-il changé votre approche ?

Anaïs: J’ai découvert COCO PENSE grâce à une amie qui avait vécu des défis similaires avec son propre enfant. Elle m’a parlé de cette application qui encourageait les pauses d’écran régulières en utilisant un personnage amusant, Coco. Au début, j’étais sceptique, mais j’ai décidé de donner une chance à cette approche. Cela a permis d’ éliminer le besoin constant de négociation. Les pauses étaient intégrées dans le programme et Mattéo était encouragé à les suivre sans que je sois constamment derrière lui. Cela a libéré du temps et de l’énergie pour des moments de qualité en famille et des activités en dehors des écrans. 

 

Comment Mattéo a-t-il réagi à l’utilisation de COCO PENSE et COCO BOUGE ?

Anaïs: C’était incroyable de voir la réaction de Mattéo. Au lieu de me résister comme il le faisait auparavant, il a été intrigué par Coco et par l’idée de faire des pauses sans que cela soit une lutte constante. Les pauses sportives toutes les 15 minutes d’écran étaient une transition douce qui permettait à Mattéo de couper naturellement l’écran et de faire quelque chose d’actif. Nous n’étions plus en train de nous battre pour contrôler son temps d’écran – nous participions ensemble à une activité amusante.

Comment cette nouvelle approche a-t-elle affecté votre relation avec Mattéo ?

Anaïs: Cela a été une transformation radicale. Grâce au programme COCO PENSE et COCO BOUGE, nous avons commencé à passer des moments de qualité ensemble, à rire et à bouger. Mattéo ne voyait plus les pauses comme une restriction, mais comme une opportunité de s’amuser différemment. Notre relation s’est apaisée, et notre maison est devenue beaucoup plus paisible. Les moments de tension autour des écrans ont cédé la place à des moments de connexion et de complicité.

En fin de compte, comment voyez-vous l’impact de COCO PENSE et COCO BOUGE sur votre famille ?

Anaïs: COCO PENSE a été une bouffée d’air frais pour notre famille. Cela nous a aidés à établir des règles saines autour du temps d’écran sans les combats incessants. Les pauses régulières sont devenues des moments privilégiés où nous nous amusions ensemble. Mattéo est plus conscient de son temps d’écran et apprécie les moments hors ligne tout autant. Cette expérience a été un rappel puissant qu’avec des approches créatives et positives, il est possible de transformer des défis en opportunités pour renforcer les liens familiaux. Les pauses régulières ont changé notre dynamique de manière radicale. Au lieu d’être en lutte constante pour contrôler son temps d’écran, nous avons commencé à partager des moments de jeu et de rire avec Coco. Mattéo n’a plus l’impression que je lui enlève quelque chose, mais qu’il gagne en activités amusantes à partager avec moi. La tension a cédé la place à la coopération, et notre relation s’est apaisée de manière significative.

 

Quel conseil donneriez-vous à d’autres parents qui pourraient être aux prises avec des conflits similaires autour du temps d’écran ?

Anaïs: Mon conseil serait de ne pas avoir peur d’essayer de nouvelles approches. Les conflits autour du temps d’écran ne sont pas rares, mais cela ne signifie pas que vous devez vous y résigner. Des solutions positives et créatives comme COCO PENSE peuvent transformer une situation difficile en opportunité pour renforcer les liens familiaux. Restez ouvert aux changements et prêt à explorer des options qui pourraient apporter une paix et une harmonie nouvelles à votre vie quotidienne.

DYNSEO: Merci beaucoup pour votre temps et pour le partage de votre expérience, Anaïs. Votre histoire pourrait certainement inspirer de nombreux parents qui font face à des défis similaires.

Anaïs: Merci à vous. J’espère sincèrement que mon expérience pourra aider d’autres parents à retrouver la paix et la joie dans leur relation avec leurs enfants.

Découvrez le programme COCO PENSE et COCO BOUGE

Une pause imposée toutes les 15 minutes d’écran pour imposer du sport à nos enfants et réduire les addictions aux écrans

coco protege des addictions aux ecrans

C’est l’heure de la pause !

jeux physiques enfant maternelle

D’autres articles qui pourraient vous intéresser :

Optimized by Optimole