Une enquête sur l’animation en EHPAD

DYNSEO a organisé au mois d’Octobre une grande enquête nationale sur l’animation en EHPAD. L’objectif était de faire un panorama des pratiques existantes et de faire profiter la communauté des bonnes pratiques.

Nous avons reçus plus de 650 réponses à notre questionnaire, et nous remercions vivement tous les animateurs, psychologues et directeurs qui ont pris le temps de répondre à notre enquête.

 

Profil des animations en EHPAD

Quelles sont les activités préférées de vos résidents ?

Les animateurs pouvaient sélectionner jusqu’à 3 activités.

 

atelier ehpad

Les autres activités préférées recensées sont :

  • Le Loto, les jeux de sociétés et les jeux de carte (triominos, belote, scrabble, …),
  • Les sorties et spectacles : les sorties culturelles, les spectacles organisés, les promenades à l’extérieur, le cinéma, les sorties au restaurant,
  • Les rencontres intergénérationnelles,
  • Les souvenirs d’antan : les ateliers réminiscence,
  • Les jeux de mémoire et de remue-méninges,
  • Les ateliers informatiques,
  • La gymnastique douce : exercices physiques adaptés, atelier prévention des chutes, la wii, la gymnastique chinoise, les ateliers d’expression corporelle, le tai chi,
  • Les ateliers créatifs : les lectures de contes, les cours de tricot créatif, atelier d’écriture, atelier cuisine,
  • L’atelier potager et l’atelier floral,
  • Les ateliers sensoriels,
  • La relaxation, le modelage et les soins esthétiques,
  • La messe,
  • Les ateliers « brin de causettes » qui donne la parole aux résidents,
  • Le pliage de linge.

 

Quelles sont les meilleures animations que vous avez mises en place ?

Voici un échantillon des meilleures animations réalisées en EHPAD, qui viennent compléter la liste du-dessus, n’hésitez pas à nous écrire pour obtenir la liste complète. Les animations musique, mémoire quizz et jardinage plaisent beaucoup et sont toujours citées dans les meilleures animations.

  • L’organisation d’Olympiades inter-structures,
  • Les animations à visée humanitaire (téléthon, tricot pour le Népal, création de peluches pour des pays étrangers, atelier couture de « doudous » pour les crèches avoisinantes, etc),
  • Les repas à thème (italien, créole, la raclette, …) ainsi que les dégustations organisées,
  • Une exposition de champignons,
  • Les repas avec les familles et thés dansants,
  • La reconstitution d’une mini ferme avec des animaux (chèvres, lapins, poules…), ou la création d’un poulailler,
  • Le déplacement de musées dans l’EHPAD pour des projections de vidéo, conférences et échanges avec les intervenants du musée,
  • La fête des voisins avec les voisins du quartier,
  • La promenade des chiens de la SPA,
  • Les mimes,
  • Le cirque,
  • La fête mensuelle des anniversaires avec un accordéon,
  • Le jeu de L’INVITE SURPRISE où l’on fait découvrir avec trois indices qui vient voir les résidents. Nous avons eu un chien « Malinois » de recherche de la Gendarmerie accompagné de son maître,
  • Le loto bilingue breton – français,
  • La transmission du souvenir de la guerre 1939-45 (Résidents-Collégiens) sur une durée d’un an (une fois par semaine),
  • L’organisation d’une kermesse d’antan,
  • Une exposition « voitures anciennes »,
  • Une démonstration de vieux métiers,
  • Une sortie en chien de traîneau,
  • Un soutien à la lecture pour des enfants de CE1 CE2,
  • La rédaction d’un livre destiné aux enfants puis lecture à voix haute de ce livre par les résidents,
  • Mardi gras avec tout le personnel déguisé,
  • La pêche à la truite et repas avec ce que les résidents ont pêché,
  • Le jeu du Mot le Plus Long,
  • Le yoga du rire,
  • La pétanque intergénérationnelle et soirée barbecue,
  • Un festival inter-établissement « festival des cannes »,
  • Un concours du goûter presque parfait,
  • Un atelier cuisine avec des jeunes handicapés « comme des chefs »,
  • La participation aux handisports, avec une course de 3 km en fauteuil roulant,
  • Un défilé de mode intergénérationnel,
  • L’élection de la miss et du mister de l’établissement,
  • La réalisation du portait de Maryline Monroe, 1.85 m X 1.85 m à partir de capsules de café Nespresso,
  • L’organisation du Baccalauréat avec révisions, convocations, et épreuves adaptées,
  • Un diaporama sur les régions de France,
  • La sortie hebdomadaire au marché,
  • Un bal masqué inter établissement,
  • La rédaction d’un journal par un comité de rédaction comprenant des résidents, des bénévoles, des familles et membres du personnel,
  • La fête de Noël.

 

Vous faites-vous accompagner d’autres personnes lors de vos animations ?

Les animateurs en EHPAD sont:

  • à 43% souvent accompagnés par des bénévoles,
  • à 79% par des aides-soignantes, (peu souvent à 50%,souvent à 29%)

Cependant, dans  41% des cas ils ne sont jamais accompagnés par les psychologues, ni à 93% par des orthophonistes, et ni à 72% par les ergothérapeutes.

Ainsi, nous pouvons penser que dans la majorité des cas les animateurs organisent seuls les animations, avec la participation occasionnelle de bénévoles, aides-soignants, et autres professionnels de l’établissement.

 

Les familles participent-elles aux animations ?

participation des familles

A 69%, les familles participent aux animations de l’EHPAD.

 

Si non, pourquoi ne participent-t’-elles pas ?

famille EHPAD

Comment évaluez-vous une bonne animation ?

bonne animation en EHPAD

Plusieurs autres critères permettent d’évaluer une bonne animation en EHPAD, à la fois dans l’atteinte des objectifs fixés, mais aussi dans les réactions des résidents et de l’entourage :

Avant l’animation 

  • l’attente de l’animation,
  • le fait que les résidents descendent seuls à l’animation ou s’ils demandent aux soignants de les descendre,
  • le fait que les résidents viennent de leur propre initiative,

Pendant l’animation 

  • Le plaisir exprimé par les résidents,
  • Les connivences entre participants,
  • La participation spontanée des soignants et des familles, et leurs remerciements au final,

Après l’animation

  • « c’est déjà fini ?! » et le fait de ne pas voir le temps passé,
  • La demande des résidents pour organiser de nouveau l’activité, et le fait que cela motive de nouveau résidents à participer,
  • La fidélité des résidents aux ateliers,
  • L’apaisement des résidents : le bien-être ressenti, moins d’angoisse, moins d’isolement et d’ennui.

 

Quel pourcentage d’animations collectives par rapport aux animations individuelles faites-vous ?

Les animations en EHPAD sont à majorité organisées en atelier collectifs, avec une répartition 90% d’activités collectives, 10% d’activités individuelles.

animations collectives EHPAD

 

Faites-vous du suivi individualisé de vos animations ?

A 69%, les animations en EHPAD sont accompagnées d’un suivi individualisé.

suivi individuel animation EHPAD

Quels conseils donneriez-vous à un animateur qui débute ?

Voici une liste de conseils donnés par les animateurs en EHPAD. Cette liste est non exhaustive, étant donnée la richesse des informations recueillies, n’hésitez pas à nous demander plus de détails !

En préparation de l’animation 

  • Rencontrer en individuel chaque résident, pour apprendre à mieux les connaître et se familiariser avec eux, afin d’anticiper leurs angoisse et les aider à se faire  des repères.
  • Connaître les différentes pathologies des résidents pour les orienter vers des animations sans les mettre en difficulté, et se former à la gérontologie.
  • Ne jamais présumer de leur incapacité car ils nous font toujours mentir dans le bon sens.
  • Faire des ateliers simples, en prenant en compte le lieu où l’on exerce (rural ou urbain) et proposer des ateliers qui sont sensés les intéresser (en lien avec leur passé).
  • Planifier les activités, afin de donner des repères dans le temps aux résidents, et les fidéliser.
  • Alterner les animations de groupe et les animations individuelles, en n’oubliant personne
  • Etre ambitieux et ne pas avoir peur de monter des gros projets.

 

Pendant l’animation

  • Ne jamais être figé par rapport au projet d’animation, mais se laisser « vivre » par l’apport des résidents : écoutez-les, en leur apportant un brin de folie.
  • S’autoriser à prendre des groupes de 3 à 4 personnes.
  • Connaître ses compétences et ses propres limites, et ne pas avoir peur de demander de l’aide d’autres soignants.
  • Ne pas avoir peur du ridicule.
  • Ne pas attendre de résultat, comme pour un atelier bricolage, et faire avec les résidents et non pas à leur place.
  • Savoir improviser et avoir une grande capacité d’adaptation.
  • Ne pas hésiter à stimuler les résidents, car ils sont souvent plus spectateurs qu’acteurs. IL faut ainsi savoir les encourager, les solliciter, mais jamais les obliger !
  • Et enfin, … Aller au feeling.

Après l’animation 

  • Rebondir sur toutes les informations qui peuvent créer de nouvelles animations.
  • Se remettre sans cesse en question.
  • Ne pas attendre trop de reconnaissance.
  • Ne pas se décourager suite à un échec,  il est toujours constructif !

 

En général 

  • Etre disponible pour tous ( n’oubliez personne) et dans toutes les situations ( fin de vie).
  • Toujours revaloriser les personnes, ne jamais mettre en échec.
  • Garder sa motivation, sa créativité et son moral, et ne jamais baisser les bras.
  • Travailler en complémentarité avec l’équipe soignante.
  • Créer du lien avec les familles.
  • Ne jamais les infantiliser.
  • Privilégier la qualité des animations à la quantité.
  • Se renseigner auprès de la ville pour voir quels partenariats pourraient être mis en place (école, associations, etc).

En termes d’organisation

  • Planifier les animations sur l’année et les budgétiser.
  • Créer un thème central pour l’année.
  • Coordonner une activité hebdomadaire fédératrice.
  • Créer des fiches techniques par atelier.
  • Individualiser les attentes des résidents
  • Participer à l’élaboration du plan de soins de chaque résident
  • Evaluer chaque atelier quotidiennement
  • Se poser les bonnes questions. 1) constat 2) choix de l’animation 3)faisabilité 4) Finalité et objectifs 5) Déroulement de l’animation.
  • S’armer de bon outils de travail (liste de résidents, documents de suivi des résidents, fiches activités souvent à faire soi-même car inexistants dans les structures)

Cependant, l’animation ne se résume pas aux temps d’animation, car animer signifie aussi donner vie. En ce sens, il faut aussi prendre le temps de discuter, de boire un café avec un résident; partager un sourire constitue la plus belle animation que l’on puise offrir aux personnes isolées.

Ainsi, nous terminerons sur ce dernier conseil donné plusieurs fois : (SOUS)RIEZ !

 

 

L’EHPAD et les nouvelles technologies

Avez-vous testé des nouvelles technologies ?

A 50%, les EHPAD ont testé les nouvelles technologies.

technologies en EHPAD

 

Quelles nouvelles technologies ont été expérimentées ? 

En majorité, les nouvelles technologies expérimentées vont être les tablettes tactiles, internet, les rétroprojecteurs et karaokés associés, les espaces Snoezelen ainsi que la wii.

Certaines fonctionnalités d’internet ont été développées en particulier avec les résidents: l’envoi de mails aux proches et skype, la prise de photos numériques, la visualisation des villages d’origine des résidents via Google Earth, le suivi des blogs de voyage de photographe, l’utilisation de logiciels pour visiter les musées en ligne comme le château de Versailles, …

Des idées très intéressantes sont à retenir des nouvelles technologies testées: les imprimantes 3D, les véhicules adaptés, les liseuses, les borne musicales, la luminothérapie, la méthode Montessori, les chariots multi-sensoriels, les golfettes (petites voitures de golf pour se déplacer pour facilement), un lit de flottaison, ainsi que le Physioparc.

Espace Snoezelen EHPAD lit de flottaison EHPAD physioparc EHPAD    borne musicale EHPAD wii EHPAD

tablette EHPAD

 

Qu’est-ce qui a fonctionné ?

Voici les nouvelles technologies qui ont fonctionné et leurs spécificités :

  • La recherche internet : presse, wikipedia, google earth, informations complémentaires,
  • Les jeux de mémoire et questions réponses,
  • La projection sur grand écran des lotos, jeux, et karaoké,
  • La tablette par son approche tactile,
  • Les échanges de mails avec les petits enfants, et skype,
  • La luminothérapie,
  • La musicothérapie, et tout ce qui est lié à la musique,
  • Les consoles de jeux adaptés,
  • Les ateliers intergénérationnels autour de ces nouveaux outils.

En termes de ressenti aussi, les nouvelles technologies ont apporté de nouvelles choses aux résidents, et les animateurs ont pu noté :

  • L’interactivité liée à ces technologies,
  • La curiosité des résidents, attirés par la nouveauté, l’esprit de compétition et l’ambiance,
  • Le plaisir ressenti d’être en petit groupe,
  • Les échanges créés entre les résidents, et avec les soignants,
  • La valorisation des résidents qui y arrivent, et la prise en charge individuelle qui est permise,
  • L’apaisement suite à l’activité, et l’acceptation plus facile du soin,
  • Les réactions très positives des résidents déments qui apprécient les séances.

De plus, l’atelier nouvelles technologies a souvent fonctionné lorsque l’animateur ne l’a plus présenté comme un atelier informatique, mais comme un atelier de découverte de nouvelles « techniques ».

Qu’est-ce qui a moins bien fonctionné ?

 Voici les points négatifs de l’utilisation des nouvelles technologies au sein des EHPAD:

  • La difficulté du maniement de la souris (très souvent remonté),
  • La difficulté de s’approprier le maniement de la manette des consoles de jeux avec plusieurs boutons, et comprendre que le mouvement de la manette agit sur la télévision,
  • Le manque de demande spontanée des résidents,
  • Les solutions peu accessibles aux personnes en fauteuil roulant,
  • Des générations peu habituées aux relations virtuelles, et la difficile manipulation de Skype,
  • Les problèmes de surdité ou de mal voyance,
  • Le manque d’autonomie des résidents pour utiliser ces solutions, ils ont toujours besoin d’un binôme (soignant ou famille): le curseur est difficile à voir, et les touches sont trop rapprochées. Il existe du matériel plus adapté mais il reste trop onéreux pour les budget animation.
  • La difficulté d’utiliser internet pour des recherches individuelles,
  • La difficile compréhension du langage associé aux nouvelles technologies,
  • Les difficultés techniques liées aux réseaux internet,
  • La compréhension des jeux et la longueur des jeux.

 

Qu’est-ce qui est à améliorer ? 

Voici les éléments à améliorer concernant les nouvelles technologies utilisées à l’heure actuelle:

  • Un fonctionnement plus simple, adapté aux handicaps du public,
  • Un design plus épuré (souvent trop d’informations sur une même page), un son fort, un clavier simplifié, des touches plus visibles, et des polices lisibles et en gros caractère,
  • Plus de jeux adaptés aux personnes âgées : des jeux non enfantins, adaptés, et faciles à comprendre,
  • La non-mise en échec : souvent les solutions mettent en échec les seniors qui se lassent très vite lorsqu’ils n’y arrivent pas,
  • Des solutions qui n’ont pas toujours besoin du wifi, afin de réaliser des ateliers individuels en chambre ou dans les espaces de vie éloignés,
  • Un mode multi-joueurs,
  • Concevoir les solutions comme des activités plaisir, pour que les résidents pensent à s’amuser avant de penser qu’ils font des exercices,
  • La simplification du vocabulaire de présentation,
  • Des tarifs abordables pour permettre aux établissements de s’équiper en plus grand nombre
  • La mise en place de partenariats à mettre en place pour initier les résidents des EHPAD à la manipulation des tablettes.

 

Pour quelle raison n’avez-vous pas testé les nouvelles technologies ?

nouvelles technologies EHPAD

Voici d’autres raisons pour lesquelles les nouvelles technologies n’ont pas été utilisées:

  • le manque d’adaptation des solutions au profil des résidents et aux besoins réels des EHPAD,
  • Les solutions requièrent beaucoup de l’individuel, et les animateurs ne sont pas toujours formés à la prise en charge individuelle,
  • la motivation et le manque de temps de l’animateur,
  • l’investissement, ou les priorités d’investissement,
  • l’environnement rural.

Informations sur la structure

 

Profil du répondant

Dans 76% des cas, les répondants à cette enquête ont été les animateurs des établissements, mais le questionnaire a aussi souvent été rempli par les directeurs, infirmiers, éducateurs spécialisés ou art-thérapeutes.

Combien de lits/places a votre structure ?

En majorité, les établissements ont une capacité de 60 à 90 lits/places.

nombre lits EHPAD

le spécialiste des apps santé et bien-être

le spécialiste des apps santé et bien-être