Il faut une personne pour s’occuper du patient atteint de la maladie d’Alzheimer. Aider cette catégorie de malades est un grand défi journalier pour chaque aidant. Les risques pour le bien-être et la santé des aidants sont divers. Faisons le point !

 

Le stress des aidants : un ennemi à surveiller

Aujourd’hui, le stress se rencontre partout, que ce soit à la maison ou au travail. Les situations de stress sont devenues plurielles. Les aidants des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ne sont pas à l’abri du stress. En effet, s’occuper d’un individu malade toute la journée est une épreuve difficile à supporter si cela doit se prolonger sur une longue période. Les occasions de stress deviennent multiples dans ces conditions. On parle de stress des aidants ou encore de « surcharge des aidants ». Il ne faut pas confondre ce type de stress avec le « bon stress ». Ce dernier est utile, car il permet de se dépasser et d’accomplir certaines choses inhabituelles.

Or, le stress devient négatif pour les aidants des patients atteints de la maladie d’Alzheimer en cas d’accumulation. Quand le stress prend de l’ampleur, il se retourne contre vous. Cela va entraîner des réactions émotionnelles disproportionnées. Et ce n’est pas tout ! Au niveau physique, vous allez constater des tensions musculaires, maladies digestives, maux de tête, etc. Le stress des aidants peut affecter fortement la santé et la qualité de vie. En tant qu’aidant, il est nécessaire d’être informé sur les risques que vous courrez à prendre soin d’un malade d’Alzheimer. Des études ont révélé également que les aidants sont plus exposés à la maladie d’Alzheimer ou de déclin cognitif.

 

Les signes qui doivent alerter chaque aidant

En plus des absences de mémoire, le malade d’Alzheimer présente des sauts d’humeur. On note aussi des maux de tête ou des bourdonnements d’oreilles. Il y a encore les troubles de caractères. Dans ces conditions, la personne prend soin du malade doit s’armer de patience pour mieux s’occuper de lui. Quand l’impatience et la fatigue prennent le dessus, certains signes peuvent commencer à apparaître. La dépression peut également se déclencher en réaction avec un stress. Parmi les signes alarmants, on distingue un sentiment d’incapacité à surmonter la situation et une anxiété chronique. Les états de colère ne manquent pas. Les nuits deviennent difficiles avec un sommeil perturbé. Tout cela peut déboucher sur un épuisement excessif et des répercussions négatives sur la santé de l’aidant.

 

Trouver les moyens pour vaincre le stress

Avec les situations de stress auxquelles sont exposées les aidants, il convient d’agir pour éviter que le pire arrive. La bonne nouvelle est qu’il existe des moyens de résister au stress de l’aidant. Ainsi, dans les situations stressantes, vous devez adopter une attitude positive pour être plus fort (e). Utilisez par exemple des techniques de relaxation. Elle a tendance à procurer du bien d’emblée. Apprendre des exercices de relaxation est une excellente option pour obtenir des résultats. Cette discipline mise surtout sur la respiration et le relâchement de la pression corporelle. N’hésitez pas à profiter de toutes les occasions où vous avez la possibilité de vous détendre en douceur. Autre solution : l’entraînement cérébral qui se révèle un puissant antidépresseur.

 

Un entraînement cérébral complet avec l’application Edith

Edith est une application adaptée aux personnes ayant des troubles cognitifs. A travers plus de 30 jeux, le joueur travaille différentes l’ensemble de ses fonctions cognitives tout en s’amusant. Profitez de la semaine d’essai pour tester l’application Edith gratuitement dès maintenant !