Rate this post

La dyspraxie est un trouble fréquent qui touche en moyenne 6 enfants sur 10. Ce chiffre prend seulement en compte les enfants dont l’âge varie entre 5 et 12 ans. Elle est décrite comme un trouble neuro-developpemental. L’alcool et le tabac pendant la grossesse pourraient induire l’apparition de la dyslexie. Un enfant dyspraxique est exposé aux difficultés d’apprentissage. Ne pas confondre la dyspraxie avec d’autres troubles. Voilà pourquoi il convient de donner les symptômes de cette “pathologie”. Sans oublier quelques solutions d’accompagnement. Bien s’informer afin de mieux aider son enfant dyspraxique. Tout d’horizon sur les signes et les probables solutions pour le suivre.

 

 

 

Les différents signes observés chez l’enfant dyspraxique

Vous avez des doutes concernant votre enfant ? Voici des signes à vérifier. Toutefois, un diagnostic est nécessaire pour la confirmation. La dyspraxie sera confirmée par un médecin (pédiatre, psychiatre et autres).

Des difficultés de perception de l’espace

Le quotidien d’un enfant dyspraxique ne semble pas facile. Notamment, si celui fréquente une classe normale. En effet, l’enfant dyspraxique manifeste des troubles visio-spaciaux. Les informations visuelles ont tendance à être mal perçu, ce qui entraîne une mauvaise orientation dans l’espace. Ces désagréments se manifestent de plusieurs manières.

Il souffre d’une mauvaise orientation spaciale. Le trouble de traduit aussi par un faible sens de l’orientation. Vous allez remarquer que l’enfant dyspraxique a des difficultés à situer certains objets dans l’espace. Un tel enfant aura du mal à garder l’équilibre. Par ailleurs, ne vous étonnez pas si vous constatez qu’il semble difficile pour lui de suivre une trajectoire.

 

Des difficultés d’acquisition de la coordination

Chez un enfant dyspraxique, les muscles ont un fonctionnement normal. D’ailleurs, ils se sont bien développés. Mais le parent peut penser un trouble moteur vue les ressemblances qu’on observe. Ce qui n’est pas le cas ! Il faut savoir que ce trouble est lié au système nerveux central (SNC). Ce dernier est composé de l’encéphale et de la moelle épinière. C’est grâce à ce système performant que l’être humain peut assurer la grande majorité des fonctions de son corps. On a la pensée, la perception, la mémoire, etc.

C’est pourquoi, un enfant dyspraxique aura des difficultés à coordonner des mouvements. Il est surtout question des gestes volontaires. On sait que les mouvements réflexes sont indépendants de la volonté. Un enfant dyspraxique peut avoir du mal à nouer ses lacets. Pourtant, c’est un geste simple qu’on apprend à faire tôt. Cela concerne un geste assez facile comme s’habiller. Évoquons par ailleurs le cas des gestes dits “brutaux”.

 

 

Un enfant maladroit

Il existe bien une différence entre la maladresse et le trouble de la dyspraxie. Une petite explication est nécessaire afin que chacun ait des idées claires. Tout enfant maladroit n’est pas forcément dyspraxique. Toutefois, la dyspraxie favorise cet état chez l’enfant. Des gestes maladroits peuvent être observés au niveau d’un enfant normal. Dans le cas de l’enfant dyspraxique, la maladresse se manifeste aussi bien dans son quotidien qu’à l’école. Celui-ci ne parvient pas à réaliser correctement ses activités scolaires à cause de sa maladresse. De plus, en cas de dyspraxie, les gestes maladroits se répètent le plus souvent.

 

 

Enfant dyspraxique : les signes à l’école

 

L’enfant dyspraxique qui va à l’école est reconnaissable par le biais d’une variété de signes. Observez la manière d’écrire d’un tel élève. Vous allez remarquer deux (2). La première est sa lenteur dans l’exécution de l’écriture. L’enseignant peut témoigner en déclarant : “Il est lent comme une tortue”. Ça peut faire sourire les autres enfants. Cet élève présente également une écriture malhabile. Ici, on veut dire que l’enfant dyspraxique forme mal les différentes lettres de l’alphabet.

Il y a encore son incapacité à élaborer les opérations de calcul. D’où de mauvais résultats en mathématiques. Un enfant dyspraxique rebute les activités graphiques, car il n’a pas la possibilité de les réaliser comme l’enseignant les demande. Enfin, un élève dyspraxique aura tendance à manipuler difficilement les outils de classe. On fait allusion à la règle, au compas ou encore un ciseau.

Autisme Ecole Difficultes Scolaires

 

Quelles sont les mesures pour accompagner un enfant dyspraxique ?

 

Un accompagnement selon ses besoins, voilà ce que chaque parent devrait rechercher pour son enfant dyspraxique. Que peut-on faire ?

 

 

Un bon soutien familial

Le cadre familial doit favoriser l’épanouissement de chaque enfant diagnostiqué étant dyspraxique. La famille est un pilier indispensable en vue d’une bonne rééducation. Ce n’est pas l’impossible que les experts demandent aux patients des bambins victimes de la dyspraxie. Il faut simplement faire ce qu’on peut réaliser. Vous pouvez lui proposer des activités créatives. Faire la sélection des activités en fonction de ses centres d’intérêt pour qu’il soit davantage impliqué.

Amenez la personne dyspraxique à suivre les consignes du thérapeute. Proposez-lui des activités physiques, car elles s’avèrent utiles. Offrez à votre enfant dyspraxique un vélo ou une bicyclette. Soyez patient par rapport à l’enfant.

 

 

Faire appel à un spécialiste

Un professionnel accrédité est en mesure d’assurer une prise en charge adaptée aux difficultés d’un enfant dyspraxique. Un ergothérapeute saura le prendre en charge. C’est un spécialiste en ergothérapie. Il intervient sur le plan de la rééducation des gestes. L’ergothérapeute procède par des activités manuelles. D’un autre côté, un orthophoniste a un rôle à jouer. Ce professionnel en orthophonie va agir dans le but de corriger les éventuels troubles du langage.

Une prise en charge par un psychologue permet de vaincre les troubles psychologiques pouvant accompagner une dyspraxie. À savoir : un isolement, un stress, une anxiété, etc.

 

 

 

Une prise en charge par des structures spécialisées

Des structures ou dispositifs ont été mis en place dans l’objectif d’aider les enfants ou les handicapés sujets à des troubles d’apprentissage. Vous pouvez contacter un Centre de référence des troubles spécifiques du langage et des apprentissages, en abrégé : CRTLA. Rejoignez un centre dans la région où vous vivez. Vous aurez toutes les informations concernant la dyspraxie. C’est aussi un endroit de diagnostic pour les parents qui souhaitent connaître le statut de leur enfant. Une fois diagnostiqué, l’individu dyspraxique de soins adéquats.

Lui proposer des activités éducatives adaptées pour les enfants dyspraxiques

Découvrez l’application COCO PENSE et COCO BOUGE

cocoetcocosport-coco-app-enfant-educative-educatif-enfants-ludique-culturel-jeux-jeu-application-entrainement-cerebral-ans-tablette-smartphone-

Accompagnez un enfant dyspraxique

D’autres articles qui pourraient vous intéresser :